Rina Sherman | Film & Video
Home | Writing | K éditeur | Film & Video | Photography | Multimedia | Ethnography | A propos - About | Cuttings - Coutures | Contact & Subscribe | Links                                   Return | Retour

  
  Prochainement      
 
C'était Palneca
Rina Sherman

Ecrit par Abel Gény et Rina Sherman


Produit par
Didier Leclerc - The Prod
&
Rina Sherman - K
éditeur

HD, 52 min, 2019 Version française
Palleca tandu
Rina Sherman

Scrittu da Abel Gény è Rina Sherman


pruduttu da
Didier Leclerc - The Prod
&
Rina Sherman - K
éditeur


HD, 52 min, 2019 virsioni corsa
   



 
C'était Palneca

C'était Palneca
est un film sur la vie d’autrefois dans ce village au fond de la vallée du Taravo, au coeur du parc naturel régional de Corse.
Comment c’était la vie autrefois à Palneca ?

Pour répondre à cette question, nous avons retrouvé les anciens, à Paris, à Ajaccio et à Palneca et des villages environnants.

Chacun d’entre eux, à sa façon, relate les joies et les épreuves de leur enfance dans le village, la plage, la plaine, leurs familles, les codes, les interdits, les vendettas, le travail, la cuisine, les récoltes, la politique, la culture, la coloniale, l’exode, la transhumance vers la plage.

Ainsi est sculpté, phrase par phrase, par un regard, un rire, une hésitation, leur identité de palnecais et de Corse.
Palleca tandu

Palleca tandu
, un filmu chì vò ramintà a vita di stu paesi talavesu, tant’ anni fà…
Comu si campaia in sti muntagni di l’Altu Taravu ?

À ci ani pussuta dì calchì parsoni anziani intargati sopra locu, in i paesi à l’intornu, in Aiacciu o in Parighji.

Ugnunu hà cuntatu à modu soiu, i tempi filici, i tempi duri o straziati, a famiglia, i tradizioni, i duveri è l’ubligazioni, u travagliu, i culturi, a muntagnera, l’impiaghjera, i disgrazii, a pulitica, i culunii, a partenza, a spalluzzera.

In a so manera d’invena si, in un sguardu, un dubbitu o una risata, in sti passati rimusciati, ferma stantarata a so idintità, una manera d’essa un pallicacciu, un corsu.
 
 

Le village de Palneca aurait été fondé par deux frères nommés Bartolumeu et Santu à l’origine des deux patronymes Bartoli et Santoni, et deux quartiers habités depuis longtemps portent les noms de « Bartolu » et « i Santoni ». Ces deux personnages, pas nécessairement mythiques, ont donné une communauté agropastorale, qui s’est fixée là vers le seizième siècle sur des territoires sans doute ravagés par la guerre et les épidémies.

Bien avant eux, d’autres avaient parcouru la vallée, de Filitosa à Ciamannacce puisqu’on a découvert en 1984, dans cette commune voisine de Palneca, une statuette de l’époque néolithique témoin de déplacements entre la plaine et la haute vallée du Taravo.

Versu u XVIsimu , ghjenti, fughjendu u mari, l’invasioni è i malatii, sò ghjunti in sti rughjoni. Dui frateddi, chjamati Santu è Bartolu si sariani cullucati quì, stabiliti è fattu à Palleca, campendu una vita di pastori è di paisani. Fola ò rialità ?
U fattu si stà chì, sempri avà, dui quartieri maiò tenini i so nomi. « Falà in Bartolu, andà in i Santoni ». U nomu fendu a casata, quiddi di Bartolu sò divintati i BARTOLI è quiddi di Santu, i SANTONI.

D’altri, in i tempi antichi, pigliendu u Taravu à l’insù, da a Filitosa à Ciamanaccia, sò passati quì. Di fattu, in 1984, s’hè trovu in stu paesi vicinu, una stantara armata à « pitturina fiminili » di l’epica di u Niuliticu è d’altri rotti, murati in i sarrendi, tistimunianza di passaghji trà piaghja è muntagna.

 
 

Le village

Palneca est perché à 900 mètres d’altitude dans l’Altu Taravu, la haute vallée du Taravo autrefois seulement desservie par des sentiers muletiers, sur la rive droite du fleuve à flanc de montagne, face à la Punta della Capella qui culmine à plus de 2000 mètres d’altitude, à plus d’une heure de route de la côte orientale et d’Ajaccio. L’eau est présente partout, par le fleuve, par les sources et les ruisseaux qui l’alimentent, et aussi par les martes, les canaux d’arrosage des jardins et des champs cultivés. Le fleuve Le Taravo, la rivière d'Ese, le ruisseau d'Orziolo sont les principaux cours d'eau qui traversent la commune de Palneca. Le granite s’impose aussi sur toutes les crêtes et dans toutes les constructions : maisons d’habitation, maisonnettes d’estive, murs de clôture des propriétés.

U paesi

Palleca, appiccatu à la muntagna à mani dritta di u Taravu, si pesa à 900 metri, di pettu à a Punta di a Capedda (2000 m), à un’ora è più d’Aiacciu è di a piaghja urientali. Quì, l’acqua c’hè in quantità. Corri u Taravu, u « fiumu grossu » è i so vadini, i funtani è i « marti », acquidotti di l’orti è prati suminati. U granitu, « a petra bianca » di a Sarra maistosa, si trova in ogni locu, in i munumenti, i casi, caseddi, muri è tarmini di prupiità.

 
 
La commune, avec son vaste territoire communal qui s’étend jusqu’au col de Verde, où s’étagent forêts de pins lariccio, châtaigniers centenaires et pâturages, a pu développer de longue date une activité agro-pastorale (châtaigneraie, élevage, de quelques centaines de porcs, et de trois à quatre mille brebis, chèvres et vaches). En 1939, le village comptait 1500 âmes. En 2000, on a recensé 160 habitants permanents (en réalité guère plus d’une centaine, et jusqu’à trois ou quatre cents personnes pendant quelques courtes semaines d’août grâce à l’arrivée des estivants, tous originaires du village). A magnifica furesta si sparghji sin’à la Bocca di Verdi, ricca di laricci, castagni di cent’anni è più è di tanti prati da pascia è da lavurà. Ci hè statu quì dipoi sempri una vita pastureccia è di cultura : sfruttera di u castagnu, allevu di cintunai di porchi, trè o quattru mila pecuri, capri o vacchi. In 1939, campaiani quì 1500 parsoni ; in 2000, ni firmaia 160. Oghji, d’Aostu, trè o quatru centu statinanti voltani in paesi solu pà calchì sittimani…  
 
 
Antonu d’u Porcu ou Saint-Antoine-du-Cochon ; sa représentation statuaire le montre toujours accompagné de cet animal), lieu de culte pour la communauté, qui s’y réunit tous les ans le 28 juillet. Située en pleine montagne, au milieu des pins lariccio, dans la forêt domaniale du même nom, sur l'ancien chemin du Tàlavu au Fium'Orbu par la Bocca di Laparô (sur le G.R. 20), la chapelle a été construite dans la seconde moitié du 18e siècle et a été restaurée en 1844 par les maîtres maçons Valère Foata et Toussaint Santoni. Sant' Antonu di u porcu, sempri riprasintatu cù  st' animali à fiancu,hè affistitu tutti l'anni u 28 di Lugliu in a furesta di listessu nomu.Hè un ghjornu di ritrovu spirituali chì adunisci Pallicacci è ghjenti di u circondu.
A so capedda si trova in cor' di muntagna à mezu à i làricci, annantu à a strada chì tandu andaia da Tàlavu à Fium'Orbu franchendu à Bocca di Laparò. Hè stata fatta in a siconda mità di u XVIIIesimu po arranghjata in 1844 da i maestri Valeriu Foata è Santu Santoni.
 
  
        tw  LinedIn  

  Home | Writing | Film & Video | Photography | Multimedia | Ethnography | A propos - About | Cuttings - Coupures | Contact & Subscribe | Links | Legal Information  

    Designed & maintained by Rina Sherman ©. All Rights Reserved